Bouquinade du 3 mai

Bonjour à tous les APLAsiens et APLAsiennes !

Il fait enfin beau ! Le soleil brille, les oiseaux chantent, les feuilles sont apparues, il y a des fleurs partout…
Vous avez sans doute profité de l’arrivée du printemps pour sortir transats, chaises longues et autres hamacs pour une lecture au soleil !
Alors venez nous faire partager vos lectures le jeudi 3 mai, à partir de 19h,
au Gris !
Il y aura de quoi se désaltérer et grignoter, et bien sûr,
auberge espagnole pour ceux qui veulent prolonger la soirée.

A jeudi !

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et plein air

ATTENTION ! Changement de date !

La prochaine projection initialement prévue jeudi 5 avril sera exceptionnellement reportée à la semaine d’après, JEUDI 12 AVRIL.

 Comme d’habitude, l’APLA se charge du minimum apéritif (avec vin blanc ET vin rouge !) mais que les plus gourmands fassent partager leur soupe ou autre recette pour une auberge espagnole festive à l’issue du film. Ce dernier est résumé sur notre site et page FB. Au plaisir de vous revoir pour ce moment convivial !

Projection jeudi 5 avril

Avis -et rappel- de nouvelle projection au Moulin Bas au coin du feu ! Cette fois-ci le CAAPLA (Conseil d’Adminstration de l’ APLA !) vous propose de (re)découvrir « La Vénus à la fourrure », film de Roman Polanski avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric 

Synopsis :
« Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates. Pas une n’a l’envergure requise pour tenir le rôle principal et il se prépare à partir lorsque Vanda surgit, véritable tourbillon d’énergie aussi débridée que délurée. Vanda incarne tout ce que Thomas déteste. Elle est vulgaire, écervelée, et ne reculerait devant rien pour obtenir le rôle. Mais un peu contraint et forcé, Thomas la laisse tenter sa chance et c’est avec stupéfaction qu’il voit Vanda se métamorphoser. Non seulement elle s’est procuré des accessoires et des costumes, mais elle comprend parfaitement le personnage (dont elle porte par ailleurs le prénom) et connaît toutes les répliques par cœur. Alors que l’« audition » se prolonge et redouble d’intensité, l’attraction de Thomas se mue en obsession… »

Merci de réserver sur FB ou à contact@apla81.fr afin que tout le monde ait une place assise !

Tout-Ouïe du jeudi 15 mars

Une nouvelle fois, merci à tout-e-s pour cette session ! Ce fut comme d’habitude un agréable moment pour nos oreilles, mêlé de grands classiques comme d’étonnantes découvertes. Mis à part le très beau chant de Souad Massi dont le titre n’a pas été retrouvé, voici la liste des morceaux proposés :

Boris Vian : « Quand j’aurai du vent dans mon crâne » suivi  de « La java des bombes atomiques »

Garland Jeffreys : « Welcome to the world »

Dick Annegarn : « Volet fermé »

Renaud : « Fatigué »

Hanita : « Folaky ni andro »

Roger Mason : « Le blues de la méchanceté » suivi de « Le blues de la poisse »

Ella Fitzgerald : « My funny valentine »

Lou Reed : « Sweet Jane »

Bellini : « La Norma » par Maria Callas

Mélanie De Biaso : « No deal »

Johann Sebastien Bach : « Toccata und fuge d-moll BWV 565 » par Bernard Foccroulle

Paquito D’Rivera : « Tico Tico »

Higelin et Areski : « Chope la soupape »

 

 

Tout-Ouïe au Salclas le 15 mars 2018

Bonjour à tous,

Rendez-vous le jeudi 15 mars chez Sylvain au Salclas

Les supports vinyles et CDs sont possibles. Prise mini-jack pour les smartphones (attention faible réseau chez Sylvain, donc téléchargez à l’avance.)

Apéro APLA et auberge espagnole possible.

A vos playlists !

L’équipe APLA.

Rappel pour la bouquinade du 1er Mars

Un petit rappel tardif mais ce soir, c’est le rendez-vous des lecteurs !
Toujours au Gris, toujours à partir de 19h.

Apéro fourni par l’APLA (grâce à vos cotisations ! ) et toujours la possibilité de jouer les prolongations avec une auberge espagnole pour ceux qui le souhaitent !

A ce soir !

Du théâtre à Montredon-Labessonnié le 10 février à 21h

C’est assez rare pour le signaler, il y aura du théâtre à Montredon-Labessonnié samedi 10 février à 21h à la salle de la galerie .

Voici le synopsis :

Nul besoin de voler ou du tuer pour aller en prison…et voir sa peine s’allonger sans cesse. Au cours de ses 4 années en prison Christine, bergère, a beaucoup écrit. De ses lettres publiées dans l’Envolée, Philippe a tiré une belle pièce de théâtre, pisser dans l’herbe… Une autre façon de militer contre la souffrance carcérale.

Christine, l’auteur, sera présente pour un bord de scène.

La soirée sera au chapeau, qui permettra de défrayer le comédien et d’alimenter une caisse de soutien aux familles de détenu(e)s. Des discussions et un bar sont prévus.

Première soirée projection de l’année au « Moulin Bas » le 1 février à 19h

Bonjour à tous,

On sort à peine de la soirée tout-ouïe (qui était excellente avec une belle variété de propositions musicales) et hop… jeudi prochain c’est la première projection de l’année.

Donc rendez-vous le 1er février 2018 à 19h au « Moulin Bas » pour une projection du film « Le sel de la Terre ».

Merci d’envoyer un e-mail à contact@apla81.fr pour confirmer votre présence afin que nous installions suffisamment de places assises.

Auberge espagnole avant et après la projection pour ceux qui le souhaitent.

Belle journée !

L’équipe APLA.

Ps:

Voici le synopsis du film :

Depuis quarante ans, le photographe Sebastião Salgado parcourt les continents sur les traces d’une humanité en pleine mutation. Alors qu’il a témoigné des événements majeurs qui ont marqué notre histoire récente : conflits internationaux, famine, exode… Il se lance à présent à la découverte de territoires vierges aux paysages grandioses, à la rencontre d’une faune et d’une flore sauvages dans un gigantesque projet photographique, hommage à la beauté de la planète.
Sa vie et son travail nous sont révélés par les regards croisés de son fils, Juliano, qui l’a accompagné dans ses derniers périples et de Wim Wenders, lui-même photographe.

Les morceaux de la soirée « Tout-ouïe » du 25/01/18

Bonjour bonjour !

La première « Tout-Ouïe » de l’année a eu lieu ce jeudi 25 janvier 2018 et ce fut une vraie réussite avec un répertoire issu d’horizons très divers : jazz, chanson française, musique classique, chanson du monde… tantôt enrichissant, beau, rigolo, dansant, et émouvant.

Grand merci aux participants et grand merci également à ceux qui avaient préparé des mets délicieux (la prochaine fois, on échange aussi les recettes !)

Voici pour mémoire, les titres proposés lors de cette soirée :

  • Juliette : « Retour à la nature »
  • Rose Murphy : « I can’t give you anything but love »
  • Jacques Brel : « L’homme de la Mancha » suivi de « Aldonza »
  • François Béranger : « Rachel » suivi de « Tranche de vie »
  • Didier Malherbe et François Causse « Blue bird of paradise »
  • Chet Baker : « My funny valentine »
  • Gianmaria Testa : « Un aeroplano a vela »
  • Glenn Gould : Goldberg Variations : « Aria » suivi de « BWV 988 : Variation 1 a 1 Clav. »
  • Nina Simone : « Mr Bojangle »
  • Colette Renard : « Les nuits d’une demoiselle »
  • Jean-Michel Blais : « IL »
  • Jack White : « Love is blindness »
  • Les Elles : « Ha si j’étais riche » suivi de « Water Closed »
  • Ali Farka Touré et Ry Cooder : « Lasidan »
  • Gabriel Fauré : Requiem « Pavane »

À vos écouteurs et à très bientôt pour la prochaine Tout-Ouïe le 15 mars chez Sylvain !

Bises de Bonne Année ***

L’équipe A.P.L.A

Bouquinade de janvier : les livres présentés.

C’était le 11 janvier, et c’était un moment très agréable ! Merci à tous les participants pour leur bonne humeur… Et leur petits plats !
Six d’entre eux sont venus avec des lectures. Voici donc la liste des ouvrages présentés ce soir là.

  • Le Bizarre incident du chien pendant la nuit, de Mark Haddon
    Qui a tué Wellington, le grand caniche noir de Mme Shears, la voisine ? Christopher Boone,  » quinze ans, trois mois et deux jours « , décide de mener l’enquête. Christopher aime les listes, les plans, la vérité. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Mais Christopher ne s’est jamais aventuré plus loin que le bout de la rue. Il ne supporte pas qu’on le touche, et trouve les autres êtres humains… déconcertants.

  • Les vacances, de Julie Wolkenstein
    A l’automne 1952, Eric Rohmer tourne son premier long-métrage, inspiré par «Les petites filles modèles». Presque achevé, le film disparaît. Au printemps 2016, Sophie est professeure à l’université, spécialiste de la comtesse de Ségur. Paul, un étudiant, consacre sa thèse aux films introuvables.

  • La horde du contrevent, d’Alain Damasio
    Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou.

  • Tistou les pouces verts, de Maurice Druon
    Le jardinier Moustache a découvert une chose merveilleuse : Tistou, son jeune élève, a les pouces verts. Avec des roses à l’hôpital, du chèvrefeuille sur la prison, la ville est transformée. Mais que se passera-t-il si les canons de Monsieur Père disparaissent sous les églantines ?

  • Ce qui dépend de nous, d’Epictète
    Attachons-nous, soutient Épictète, à distinguer ce qui dépend de nous de ce qui n’en dépend pas. Laliberté et le bonheur commencent par l’intelligence de ce partage. Né à Hiérapolis vers l’an 50 avantJésus-Christ, ancien esclave, Épictète fut, avec Marc Aurèle, le stoïcien qui exerça l’influence la plusprofonde sur la morale occidentale.

  • Petit Arbre, de Forrest Carter
    Petit Arbre est élevé par ses grands-parents, Indiens Cherokees, dans leur cabane des montagnes du Tennessee. Autour d’eux, le livre merveilleux de la Nature est grand ouvert. Et si les représentants de la loi, ignorants et vaniteux, veulent que Petit Arbre aille à l’école, il suffit d’avoir des amis, même très inattendus, pour que tout s’arrange.

  • La Terre qui penche, de Carole Martinez
    Blanche est morte en 1361 à l’âge de douze ans, mais elle a tant vieilli par-delà la mort! La vieille âme qu’elle est devenue aurait tout oublié de sa courte existence si la petite fille qu’elle a été ne la hantait pas. Vieille âme et petite fille partagent la même tombe et leurs récits alternent. 
    L’enfance se raconte au présent et la vieillesse s’émerveille, s’étonne, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend. Veut-on l’offrir au diable filou pour que les temps de misère cessent, que les récoltes ne pourrissent plus et que le mal noir qui a emporté sa mère en même temps que la moitié du monde ne revienne jamais?

  • La vaine attente, de Nadeem Aslam
    Afghanistan, 2005, à l’ombre des monts de Tora Bora. Dans une maison aux murs ornés de fresques, aux plafonds recouverts de livres cloués, avec sa fabrique où l’on distillait autrefois des parfums, le vieux médecin anglais Marcus Caldwell pleure sa femme Qatrina et sa fille Zameen disparues, et désespère de retrouver son petit-fils Bihzad.

  • Mille femmes blanches, de Jim Fergus
    En 1875, un chef cheyenne demanda au président Grant de lui faire présent de 1000 femmes blanches à marier à 1000 de ses guerriers afin de favoriser l’intégration. Prenant pour point de départ ce fait historique, Jim Fergus retrace à travers les carnets intimes d’une de ces femmes blanches, May Dodd, les aventures dans les terres sauvages de l’Ouest de ces femmes recrutées pour la plupart dans les prisons ou les asiles psychiatriques.

  • Noir mais marron, d’Yves Manglou
    À travers le moringue qui s installe au fil des pages, Yves MANGLOU nous transporte cette fois-ci au XVIIIe siècle dans l univers des Noirs Marrons. Il nous fait revivre leur histoire au quotidien, dans les plantations d abord, puis dans les cirques où l on côtoie Mafate, la Légende Noire. Sous le roman, perce l histoire d un peuple en quête de liberté. Si certaines scènes sont un peu dures, elles ne sont pas inventées, mais seulement racontées. Des faits historiques en témoignent. Une page de notre histoire, un peu noire sans doute, mais pour essayer de rester Marron.